Du méthane sur les bords obscurs de Pluton

La partie la plus méridionale de Pluton que New Horizons vaisseau spatial de la NASA pourrait «voir» lors de l'approche la plus proche en Juillet ici à 2015 contient une série de caractéristiques géologiques fascinantes, et offre des indices sur ce qui pourrait se cacher dans les régions enveloppées dans l'obscurité pendant le survol.

Nh contextimageuse

La zone indiquée ci - dessus se trouve au sud de l' obscurité équatoriale  de Pluton officieusement appelé Cthulhu Regio, et sud - ouest de la vaste plaine de glace d'azote officieusement nommé Sputnik Planum ou Sputnik Planitia, comme l'équipe de la mission a récemment redésigné la région pour mieux refléter la faible élévation des plaines . [Le Nord est en haut] Dans la partie ouest de l'image, une chaîne de montagnes vives s' étend dans le nord dans Cthulhu Regio.

Les montagnes se révèlent couronnées de neiges comme sur la Terre. Mais les données de composition que trouve New Horizons, indiquent que cette couronne de neige lumineuse couvrant ces montagnes ne sont pas l' eau, mais le méthane atmosphérique qui a condensé sous forme de givre sur ces surfaces à haute altitude .

Entre quelques montagnes il y a des vallées fortement coupées (indiquées par les flèches blanches ci - dessous) . Ces vallées ont chacunes quelques miles de largeur et des dizaines de miles de long.

Nh southofcthulhucolorarrows 0

Un système de vallée similaire dans les plaines étendues à l'est (flèches bleues) semble être ramifiée, avec de petites vallées qui révelent des coulées de glace d'azote, d'aprés les scientifiques de New-Horizons. Il se peut que la glace de Sputnik était à une altitude plus élevée et a pu formé ces vallées.

La région est également marquée par des dépressions, à fond plat de forme irrégulière (flèches vertes) qui peuvent atteindre plus de 50 miles (80 kilomètres) à travers et près de 2 miles (3 kilomètres) de profondeur. Les grandes largeurs et profondeurs de ces dépressions suggèrent qu'ils ont pu se former lorsque la surface est effondré, plutôt que par la sublimation de la glace dans l'atmosphère.

Crédits: NASA / JHUAPL / SwRI

 

×