Découverte de changements inattendus dans les taches brillantes qui parsèment la surface de Cérès

16 mars 2016

Ceres

Image eso1609a Vue d'artiste des taches brillantes sur Cérès photographiées par la sonde spatiale Dawn

 

Des observations effectuées au moyen du spectrographe HARPS installé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili ont révélé les surprenantes transformations des taches brillantes situées à la surface de la planète naine Cérès. Depuis la Terre, Cérès présente l'aspect d'une simple source de lumière étendue. Toutefois, l'étude approfondie de la lumière qui nous en parvient révèle non seulement des changements attendus au fil de sa rotation, mais également l'illumination de ses taches de surface en journée ainsi que quelques autres variantes. Ces observations invitent à penser que la matière dont ces taches sont composées est volatile et s'évapore à la chaleur du Soleil.

Ceres est le corps le plus volumineux de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter et le seul objet de ce type classé parmi les planètes naines. La sonde spatiale Dawn de la NASA est demeurée en orbite autour de Cérès durant plus d'une année et a livré une cartographie détaillée de sa surface. La découverte de taches très brillantes, qui réfléchissent bien plus de lumière que le reste de la surface, beaucoup plus sombre , a constitué l'une des plus surprenantes découvertes. La tache la plus étendue occupe le centre du cratère Occator et suggère que Cérès présente une activité interne nettement plus importante que la plupart de ses voisins de la ceinture d'astéroïdes.

Taches ceres

Cette image acquise par la sonde spatiale Dawn de la NASA en orbite autour de la planète naine Cérès montre les taches de matière très brillantes à l'intérieur du cratère Occator ainsi qu'en divers autres endroits. De nouvelles observations effectuées au moyen du spectrographe HARPS qui équipe le télescope de 3,6 mètres de l'ESO à La Silla au Chili ont révélé des changements quotidiens et inattendus sur ces taches, qui probablement résultent des effets de l'ensoleillement.

Crédit:
NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA

L'article détaillé sur le site de l'ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1609/

 

 

×