Nouvelles

ALMA et MUSE découvrent une fontaine galactique

undefined

Des observations effectuées par ALMA et des données acquises par le spectrographe MUSE installé sur le VLT de l’ESO ont mis au jour l’existence d’une énorme fontaine de gaz moléculaire alimentée par un trou noir situé dans la galaxie la plus brillante de l’amas Abell 2597. Le cycle galactique complet des flux entrant et sortant de cette vaste fontaine cosmique n’avait encore jamais été observé dans aucun système.

En savoir plus sur ESO►https://www.eso.org/public/france/news/eso1836/

 

HUBBLE: L'aube d'une collision galactique

Une émeute de couleurs et de danses lumineuses à travers cette galaxie de forme particulière, NGC 5256. Ses plumes fumigènes sont projetées dans toutes les directions et le noyau lumineux illumine les régions chaotiques de gaz et de poussière qui tourbillonnent au centre de la galaxie. Sa structure étrange est due au fait que ce n'est pas une galaxie, mais deux - dans le processus d'une collision galactique.

NGC 5256 , également connu sous le nom de Markarian 266, est à environ 350 millions d'années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Grande Ourse . Il est composé de deux galaxies discales dont les noyaux ne sont actuellement qu'à 13 000 années-lumière. Leur gaz constitutif, la poussière et les étoiles tourbillonnent ensemble dans un vigoureux mélangeur cosmique, enflammant les étoiles naissantes dans les régions brillantes de formation d'étoiles à travers la galaxie.

En savoir plus ►https://www.spacetelescope.org/news/heic1720/

 

La moindre influence de la matière noire au sein de l’Univers primitif

©Image eso1706a

De nouvelles observations suggèrent que les galaxies massives, à taux de formation stellaire élevé et datées de 10 milliards d’années, soit de l’âge d’or de la formation galactique, étaient dominées par la matière baryonique ou “ordinaire” - à l’inverse des galaxies actuelles, régies par la matière noire. Cet étonnant résultat a été obtenu grâce au Very Large Telescope de l’ESO. Il suggère la moindre influence de la matière noire au sein de l’Univers jeune. Ce travail de recherche fait l’objet de quatre articles, dont l’un à paraître ce jour au sein de la revue Nature.

La matière ordinaire se présente sous formes d’étoiles brillantes, de gaz brillant et de nuages de poussière. Plus insaisissable, la matière noire n’émet aucune lumière, ni n’en n’absorbe ou n’en réfléchit. Seule son influence gravitationnelle trahit sa présence. Son existence explique la raison pour laquelle la matière située en périphérie des galaxies spirales voisines de la nôtre est animée d’une vitesse de rotation supérieure à celle résultant de la seule présence de matière ordinaire

Article complet sur le site de l'ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1709/

 

Les secrets cachés du nuage d’Orion

Eso1701a

Cette nouvelle image spectaculaire est une des plus grandes mosaïques en haute résolution du nuage moléculaire Orion A dans le proche infrarouge. Située à 1350 années-lumière de la Terre, c’est la fabrique intensive d’étoiles connue la plus proche de nous. Cette image, réalisée avec VISTA, le télescope de sondage dans l’infrarouge de l’Observatoire de Paranal de l’ESO au nord du Chili, révèle de nombreuses jeunes étoiles et d’autres objets habituellement profondément enfouis dans les nuages de poussière.

L'article complet ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1701/

 

Premiers signes de l’étrange propriété quantique du vide ?

Des observations d’une étoile à neutrons effectuées au moyen du VLT pourraient confirmer une hypothèse relative au vide cosmique formulée voici plus de 80 ans.

L’analyse, au moyen du Very Large Telescope de l’ESO, de la lumière émise par une étoile à neutrons caractérisée par une extrême densité et un puissant champ magnétique, a peut-être conduit une équipe d’astronomes à mettre en évidence les toutes premières preuves de l’existence d’un étrange effet quantique, envisagée au cours des années 1930. La polarisation de la lumière observée suggère que l’espace vide situé en périphérie de l’étoile à neutrons est l’objet d’un effet quantique baptisé biréfringence du vide.

L'article complet ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1641/

 

Les Piliers de la destruction

Eso1639b

De nouvelles observations spectaculaires de vastes structures en forme de piliers situées au cœur de la Nébuleuse de la Carène ont été effectuées au moyen de l’instrument MUSE qui équipe le Very Large Telescope de l’ESO. Les analyses menées par une équipe internationale d’astronomes suggèrent qu’il s’agit là de piliers de la destruction – par opposition aux célèbres Piliers de la Création de la Nébuleuse de l’Aigle, de semblable facture.

Sur ces nouvelles images de la Nébuleuse de la Carène figurent diverses structures semblables à des flèches et des piliers. Telles sont les formes arborées par de vastes nuages de gaz et de poussière d’un site de formation stellaire situé à quelques 7500 années-lumière de la Terre. 

L'article complet sur le site de l'ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1639/

 

Sculpter des Systèmes Solaires

Eso1640b

L’instrument SPHERE de l’ESO met en évidence l’existence de disques protoplanétaires façonnés par de toutes jeunes planètes

L'article ►http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/sculpter-des-systemes-solaires-1.html

 

Les astronomes observent la renaissance une  étoile en un éclair

En utilisant le télescope spatial Hubble , une équipe internationale d'astronomes a pu étudier l' évolution stellaire en temps réel. Sur une période de 30 ans une augmentation spectaculaire de la température de l'étoile SAO 244567 ont été observés. Maintenant , l'étoile se refroidit à nouveau, après avoir réssuscitée dans une phase antérieure de l' évolution stellaire. Cela en fait la première étoile qui renaît à avoir été observé au cours de son réchauffement et les étapes de refroidissement de la renaissance. 

heic1618a petite

L'article complet sur le site de la Royal Astronomical society

https://www.ras.org.uk/news-and-press/2906-astronomers-observe-star-reborn-in-a-flash

 

Une étrange planète entourée de trois Soleils

Une équipe d'astronomes a capturé, au moyen de l'instrument SPHERE installé sur le Très Grand Télescope de l'ESO, l'image de la toute première planète décrivant une orbite excentrée à l'intérieur d'un système d'étoiles triple. L'orbite d'une telle planète devrait être instable, au point de rapidement l'éjecter du système. Tel n'est toutefois pas le cas. Cette observation inattendue laisse supposer que l'existence de tels systèmes pourrait être plus fréquente que prévu. Les résultats de cette étude paraîtront au sein de l'édition en ligne de la revue Science du 7 juillet 2016.

La suite sur►http://www.eso.org/public/france/news/eso1624/

 

Un trou noir se nourrit d'une averse intergalactique froide

Trou noir se nourriGrâce au Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l'Atacama (ALMA), une équipe internationale d'astronomes a pu assister à un événement météorologique cosmique inédit : une pluie de nuages de gaz intergalactique se déversant sur le trou noir supermassif qui occupe le centre d'une vaste galaxie située à un milliard d'années-lumière de la Terre.

http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/un-trou-noir-se-nourrit-d-une-averse-intergalactique-froide.html

 

Les télescopes de la NASA trouvent des indices sur la rapidité des formations de trous noirs

Black seed images small

L'illustration de cet artiste dépeint une «graine» possible pour la formation d'un trou noir supermassif. Les boîtes encastrées contiennent Chandra ( en haut) et Hubble ( en bas) images de l' un des deux graines de candidats, où les propriétés dans les données correspondent à celles prédites par des modèles sophistiqués produites par des chercheurs du mécanisme direct-effondrement. Crédit X-ray: NASA / CXC / Scuola Normale Superiore / F. Pacucci et al. Credit Optical: NASA / STScI. Illustration Crédit: NASA / CXC / M. Weiss.

En savoir plus ►http://universum.e-monsite.com/pages/hubble/hubble-decouvre-des-indices-sur-la-naissance-de-trous-noirs-supermassifs.html

 

Un magnifique exemple d'écrin stellaire

Eso1616a

Sur cette image acquise par le Très Grand Télescope (VLT) de l'ESO, le rayonnement issu des flamboyantes étoiles bleues excite le gaz expulsé lors d'un récent épisode de formation d'étoiles. De ce processus résulte une nébuleuse en émission étonnamment colorée cataloguée LHA 120-N55, dont les étoiles semblent orner un vêtement de gaz brillant. L'étude de ces magnifiques objets permet aux astronomes de mieux connaître les conditions régnant au sein des sites d'évolution des jeunes étoiles.

Plus ►http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/un-magnifique-exemple-d-ecrin-stellaire.html

 

Trois mondes potentiellement habitables Trouvé Star Dwarf Autour à proximité Ultracool

Monde habitable

Des astronomes utilisant le télescope TRAPPIST à l'Observatoire de La Silla de l'ESO ont découvert trois planètes en orbite autour d'une étoile naine Ultracool années-lumière seulement 40 de la Terre. Ces mondes ont des tailles et des températures semblables à celles de Vénus et de la Terre et sont les meilleures cibles trouvées jusqu'à présent pour la recherche de la vie en dehors du système solaire. Ils sont les premières planètes jamais découvertes autour d'une étoile minuscule et sombre. Les nouveaux résultats seront publiés dans la revue Nature le 2 mai 2016.

La suite►

http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/trois-mondes-potentiellement-habitables.html

 

Concentration spectaculaire de galaxies

crédit images : ESO

Cette nouvelle image du VLT Survey Telescope (VST) à Paranal Observatoire de l'ESO au Chili capture une concentration spectaculaire de galaxies connues sous le nom de cluster Fornax, qui se trouve dans l'hémisphère sud de la constellation Fornax (The Furnace). Le groupe accueille une ménagerie de galaxies de toutes formes et tailles, dont certains se cachent des secrets.

En savoir plus ►http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/concentration-spectaculaire-de-galaxies.html

 

ESO : Lumière sur un instant dans la vie d'une étoile

Eso1605a

10 février 2016

Sur cette image récemment acquise à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili, une étoile nouvellement formée éclaire les nuages cosmiques environnants. Les particules de poussière qui composent les vastes nébulosités situées en périphérie de l'étoile HD 97300 diffusent sa lumière, tel le phare d'une voiture dans la brume, générant la nébuleuse par réflexion baptisée IC 2631. HD 97300 est aujourd'hui sous les feux des projecteurs. Toutefois, la poussière qui l'entoure masque très certainement la naissance potentielle d'autres étoiles à venir.

plus ►http://www.eso.org/public/france/news/eso1605/

 

ALMA découvre un ingrédient de la vie autour de jeunes Soleils

Crédit: ESO / Digital Sky Survey 2 / L. Calçada.

ALMA a observé des étoiles de type Soleil au tout premier stade de leur existence et découvert des traces d’isocyanate de méthyle – un élément chimique nécessaire à la vie. Il s’agit de la toute première détection de cette molécule prébiotique à proximité de protoétoiles de type solaire, semblables à celle à partir de laquelle notre Système Solaire a évolué. Cette découverte pourrait permettre aux astronomes de mieux comprendre les conditions d’émergence de la vie sur Terre.

L'article complet ESO►http://www.eso.org/public/france/news/eso1718/

 

Découverte d’une planète dans la zone habitable de l’étoile la plus proche

Eso1629a 1

Grâce à des télescopes de l’ESO et divers autres instruments, les astronomes ont mis en évidence les preuves de l’existence d’une planète en orbite autour de l’étoile la plus proche de la Terre, Proxima du Centaure. Longtemps recherchée, cette terre, baptisée Proxima b, effectue chaque 11 jours une révolution complète autour de son étoile hôte, dont la couleur rouge témoigne de la faible température de surface. Cette planète rocheuse est dotée d’une masse légèrement supérieure à celle de notre Terre et caractérisée par une température compatible avec la présence d’eau liquide en surface. Proxima b est l’exoplanète la plus proche de nous – il est également possible qu’elle constitue le lieu de vie le plus proche en dehors du Système Solaire. Un article détaillant cette importante découverte paraîtra dans l’édition du 25 août 2016 de la revue Nature.

Proxima Centauri et sa planète, comparées au Système Solaire

Cette infographie effectue le comparatif entre l’orbite de la planète autour de Proxima Centauri (Proxima b) et son équivalent dans le Système Solaire. Proxima Centauri est caractérisée par une taille et une température de surface inférieures à celles du Soleil, et sa planète se situe à plus grande proximité de son étoile que Mercure du Soleil. En conséquence, Proxima b se situe à l’intérieur de la zone d’habitabilité, condition nécessaire à la présence d’eau liquide en surface.

Crédit:
ESO/M. Kornmesser/G. Coleman

L"article complet sur le site de l'ESO►http://www.eso.org/public/france/images/eso1629c/

 

Un univers de deux milliards de galaxies

Une équipe internationale d'astronomes, dirigée par Christopher Conselice, professeur d'astrophysique à l'Université de Nottingham, ont constaté que l'univers contient au moins deux milliards de galaxies, dix fois plus qu'on ne le pensait. Le travail de l'équipe, qui a commencé avec le financement de la Royal Astronomical Society , apparaît dans l'Astrophysical Journal aujourd'hui.( jeudi 13 Octobre 2016 )

Thumb hst goods south

Image de la zone TVH MARCHANDISES-Sud, l'une des images les plus profondes du ciel, mais couvrant seulement un millionième de sa superficie totale. La nouvelle estimation pour le nombre de galaxies est dix fois plus élevé que le nombre vu dans cette image. Crédit: (. UMass Amherst) NASA / ESA / La MARCHANDISES Équipe / M. Giavalisco

Au cours des 20 dernières années , les scientifiques ont utilisé des images du télescope spatial Hubble pour estimer que l'univers nous pouvons voir contient environ 100 à 200 milliards de galaxies. La technologie astronomique actuelle nous permet d'étudier seulement 10% de ces galaxies, et les 90% restants seront seulement vu avec des télescopes beaucoup plus grands et plus dévéloppés.

Royal Astronomical Society

https://www.ras.org.uk/news-and-press/2910-a-universe-of-two-trillion-galaxies

 

Image haute résolution d’Eta Carinae

Une équipe internationale d’astronomes a utilisé le VLTI (Very Large Telescope Interferometer) pour cartographier, avec une précision encore inégalée, le système d’étoiles Eta Carinae. De nouvelles structures, pour le moins inattendues, ont été détectées au sein de ce système binaire – notamment dans l’espace situé entre les étoiles où des vents stellaires extrêmement puissants interfèrent. L’acquisition de ces nouvelles données sur cet énigmatique système stellaire pourrait contribuer à affiner notre connaissance des processus d’évolution des étoiles très massives.

La suite►http://www.eso.org/public/france/news/eso1637/

 

L’ancien cœur de la Voie Lactée

Grâce au télescope infrarouge VISTA de l’ESO, l’existence de vieilles étoiles classées parmi les RR Lyrae vient d’être pour la première fois mise en évidence au cœur même de la Voie Lactée. Ce type d’étoiles coexiste bien souvent avec d’anciennes populations stellaires âgées de plus de 10 milliards d’années. Cette découverte invite à penser que la croissance du bulbe central de la Voie Lactée résulte vraisemblablement de la fusion d’amas stellaires primordiaux. Peut-être même ces étoiles constituent-elles les vestiges de l’amas stellaire le plus massif et le plus âgé de toute la Voie Lactée.

plus►http://www.eso.org/public/france/news/eso1636/

 

Radar vision : Sentinel 1

Image sentinel

Le deuxième Sentinel-1 satellite, Sentinel-1B, est réglé pour le lancement le 22 Avril. Découvrez plus sur la constellation et la vision radar »pour Copernic sur le site de l'ESA/

http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Copernicus/Sentinel-1

 

Le sondage ATLASGAL de la Voie Lactée est achevé

Sondage voie lactee

La publication de cette magnifique image de la Voie Lactée marque l'achèvement du vaste sondage de notre Galaxie (ATLASGAL) au moyen du télescope APEX. Depuis le Chili, APEX a pour la toute première fois cartographié l'ensemble du plan galactique visible depuis l'hémisphère sud à des longueurs d'onde millimétriques – situées entre l'infrarouge et le domaine radio – et à une résolution supérieure à celle des sondages récemment effectués depuis l'espace. Véritable précurseur, le télescope APEX de 12 mètres permet aux astronomes d'étudier l'Univers froid : le gaz ainsi que la poussière portés à quelques dizaines de degrés seulement au-dessus du zéro absolu.

Les nouvelles cartes ATLASGAL couvrent une zone du ciel longue de 140 degrés et large de 3 degrés. Elles sont quatre fois plus étendues que la toute première publication d'ATLASGAL . En outre, les nouvelles cartes sont de meilleure qualité, certaines régions ayant fait l'objet de nouvelles observations afin de garantir des données de même qualité sur l'ensemble de la zone sondée.

La suite sur le site de l'ESO

http://www.eso.org/public/france/news/eso1606/

 

 

Première lumière de la future machine à étudier des trous noirs

GRAVITY a été testé avec succès sur le VLTI

13 janvier 2016

 

Observer au zoom les trous noirs est la principale mission de l'instrument GRAVITY récemment installé sur le Very Large Telescope de l'ESO au Chili. Durant sa première campagne d'observation, GRAVITY a combiné avec succès la lumière stellaire capturée par les quatre Télescopes Auxiliaires. Le consortium européen qui a conçu et construit GRAVITY est très satisfait des performances obtenues. Ce consortium, regroupant des astronomes et des ingénieurs, est piloté par l'Institut Max Planck pour la Physique Extraterrestre de Garching. Au cours de cette première phase de tests, l'instrument a en effet déjà réalisé quelques « premières ». GRAVITY est le plus puissant des interféromètres installés à ce jour sur le VLT.

plus sur  ESO ►http://www.eso.org/public/france/news/eso1601/

 

La naissance turbulente d'un quasar

ALMA révèle les secrets de la galaxie la plus brillante de l'Univers
15 janvier 2016

Naissance quasar

La galaxie la plus brillante découverte à ce jour dans l'Univers – le quasar W2246-0526, qui nous apparaît tel qu'il était lorsque l'Univers était âgé d'un milliard d'années seulement – est si active qu'elle est sur le point d'éjecter l'ensemble du gaz permettant de créer de nouvelles étoiles. En attestent de nouvelles observations effectuées grâce au Vaste Réseau (Sub-) Millimétrique de l'Atacama (ALMA).

plus sur ►http://www.eso.org/public/france/news/eso1602/

 

 

Les plus grandes explosions de l'Univers sont alimentées par les aimants les plus puissants

Certains des sursauts gamma les plus longs sont produits par des magnétars.

Des observations effectuées depuis les Observatoires de La Silla et de Paranal de l'ESO au Chili ont pour la première fois permis d'établir un lien formel entre un sursaut gamma de très longue durée et une explosion de supernova particulièrement lumineuse. Il est ainsi apparu que cette supernova n'était pas alimentée par l'énergie issue de désintégrations radioactives, mais par l'énergie produite lors de la désagrégation de champs magnétiques ultra puissants autour d'un objet exotique baptisé magnétar. Ces résultats seront publiés au sein de l'édition du 9 juillet 2015 de la revue Nature.

la suite sur ►http://universum.e-monsite.com/pages/articles-pubiles/les-plus-grandes-explosions-de-l-univers.html

 

La vue la plus détaillée à ce jour de l'Univers lointain

L'observation d'un anneau d'Einstein par ALMA révèle d'incroyables détails

8 juin 2015

Une campagne d'observations effectuée par le réseau ALMA en configuration étendue a permis d'obtenir une image spectaculaire et détaillée à la fois d'une galaxie lointaine subissant un effet de lentille gravitationnelle. Sur cette image figure une vue amplifiée des régions de formation d'étoiles au sein de la galaxie distante. Le degré de résolution qui caractérise ces nouvelles observations est inédit. Il surpasse nettement le niveau de détail qu'offre le Télescope Spatial Hubble du consortium NASA / ESA, et révèle l'existence, au sein même de cette galaxie, de régions de formation d'étoiles semblables à la Nébuleuse d'Orion, quoique de dimensions nettement supérieures.

la suite ►http://www.eso.org/public/france/news/eso1522/

 

Agence Spatiale Européenne - ESA

MARS VITRINE 

 

Du plus haut volcan le plus profond canyon, de cratères d'impact à l'ancienne lits de rivières et coulées de lave, cette vitrine d'images de Mars Express de l'ESA vous emmène dans un voyage inoubliable à travers la planète rouge.

Mars Express a été lancée le 2 Juin 2003 et est arrivé à Mars six mois et demi plus tard. Il a depuis mis en orbite la planète près de 12 500 fois, fournissant aux scientifiques des images inédites et des données recueillies par sa suite d'instruments scientifiques.

Les images de ce film ont été prises par la caméra stéréoscopique à haute résolution et la vidéo a été publié par le Centre aérospatial allemand DLR dans le cadre des dix ans de célébrations de Mars Express en Juin 2013. La musique a été créée par Stephan Elgner de Mars Express de DLR équipe de cartographie planétaire. DLR développé et fonctionne la caméra stéréo.

© :ESA / DLR / FU Berlin (G. Neukum)

Pour voir la video en plein ecran►http://www.esa.int/spaceinvideos/Videos/2013/10/Mars_showcase

 

Vous êtes le 35748ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 07/11/2018

×